référencement google site web site internet référencement payant campagne de référencement comprendre le référencement google référencement google prix référencement web SEO Optimiser le référencement Améliorer sa visibilité Optimiser les balises meta Optimiser le contenu annaires gratuit annuaire e référencement naturel, le SEO (Search Engine Optimization en anglais) ou l'optimisation du référencement naturel a pour but d'améliorer votre classement dans les résultats de recherche Google mais aussi Yahoo, Bing afin d'augmenter le trafic de visiteurs sur votre site web.Afghanistan Albania Algeria Andorra Angola Argentina Armenia Australia Austria Azerbaijan Bahamas Bahrain Bangladesh Barbados Belarus Belgium Belize Benin Bhutan Bolivia Bosnia and Herzegovina Botswana Brazil Brunei Bulgaria Burkina Faso Burundi Cambodia Cameroon  Canada Cape Verde Central African Rep Chad Chile China Colombia Comoros  Congo Brazzaville Costa Rica Cote d'Ivoire Croatia Cuba Cyprus Czech Republic Dem. Rep. of Congo Denmark Djibouti Dominica Dominican Republic East Timor Ecuador Egypt El Salvador Equatorial Guinea Eritrea Estonia Ethiopia Fiji Finland France Gabon Gambia Georgia Germany Ghana Greece Grenada Guam Guatemala Guinea Guinea-Bissau Guyana Haiti Honduras Hong Kong Hungary Iceland India Indonesia Iran Iraq Ireland Israel Italy Jamaica Japan Jordan Kazakhstan Kenya Kuwait Kiribati Korea-North Korea-South Kyrgyzstan Laos Latvia Lebanon Lesotho Liberia Libya Liechtenstein Lithuania Luxembourg Macedonia Madagascar Malawi Malaysia Maldives Mali Malta Marshall Islands Mauritania Mauritius Mexico Micronesia Moldova Monaco Mongolia Montenegro Morocco Mozambique Myanmar Namibia Nauru Nepal Netherlands New Zealand Nicaragua Niger Nigeria Norway Oman Pakistan Palau Palestine Panama Papua New Guinea Paraguay Peru Philippines Poland Portugal Puerto Rico Qatar Rep. of the Congo Russia Romania Rwanda Saint Kitts and Nevis  Saint Lucia Saint Vincent and the Grenadines Samoa San Marino Sao Tome and Principe Saudi Arabia Senegal Serbia Seychelles Sierra Leone Singapore Slovakia Slovenia Solomon Islands Somalia South Africa Spain Sri Lanka Sudan Suriname Swaziland Sweden Switzerland Syria Taiwan Tajikistan Tanzania Thailand Togo Tonga Trinidad and Tobago Tunisia Turkey Turkmenistan Tuvalu  Uganda Ukraine United Arab Emirates United Kingdom United States Uruguay Uzbekistan Vanuatu Vatican City Venezuela Yemen Vietnam  Zambia Zimbabwe Référencement site internet Annuaire - Annuaire Bénin


Home
Guestbook
Annuaire Açores
Annuaire Afghanistan
Annuaire Afrique du Sud
Annuaire Albanie
Annuaire Algérie
Annuaire Angleterre
Annuaire Angola
Annuaire Anguilla
Annuaire Antigua-et-Barbuda
Annuaire Antilles Néerlandaises et Aruba
Annuaire Arabie Saoudite
Annuaire Argentine
Annuaire Arménie
Annuaire Ascension
Annuaire Australie
Annuaire Autriche
Annuaire Azerbaïdjan
Annuaire Bahamas
Annuaire Bahreïn
Annuaire Bangladesh
Annuaire Barbade
Annuaire Bélarus
Annuaire Belgique
Annuaire Belize
Annuaire Bénin
Annuaire Bermudes
Annuaire Bhoutan
Annuaire Bolivie
Annuaire Bosnie-Herzégovine
Annuaire Botswana
Annuaire Brésil
Annuaire Brunei
Annuaire Bulgarie
Annuaire Burkina Faso
Annuaire Burundi
Annuaire Caïmans (Iles)
Annuaire Caïques et Turks (Iles)
Annuaire Cambodge
Annuaire Cameroun
Annuaire Canada
Annuaire Cap-Vert (Ile du)
Annuaire Centrafricaine (République)
Annuaire Chili
Annuaire Chine
Annuaire Chypre (zone Nord)
Annuaire Chypre (zone Sud)
Annuaire Colombie
Annuaire Comores
Annuaire Congo
Annuaire Cook (îles)
Annuaire Corée du Nord
Annuaire Corée du Sud
annuaire Costa Rica
Annuaire Côte-d'Ivoire
Annuaire Croatie
Annuaire Cuba
Annuaire Danemark (y compris Iles Féroé et Groenland)
Annuaire Djibouti
Annuaire Dominicaine (République)
Annuaire Dominique
Annuaire Egypte
Annuaire El Salvador
Annuaire Emirats Arabes Unis
Annuaire Equateur
Annuaire Erythrée
Annuaire Espagne
Annuaire Estonie
Annuaire Etats-Unis(y compris Alaska et Hawaï)
Annuaire Ethiopie
Annuaire Falkland (Iles)
Annuaire Fidji (Iles)
Annuaire Finlande
Annuaire France
Annuaire Gabon
Annuaire Gambie
Annuaire Géorgie
Annuaire Géorgie du Sud (et les Iles Sandwich du Sud)
Annuaire Ghana
Annuaire Gibraltar
Annuaire Grande-Bretagne et Irlande du Nord
Annuaire Grèce
Annuaire Grenade
Annuaire Guam
Annuaire Guatemala
Annuaire Guinée
Annuaire Guinée Equatoriale
Annuaire Guinée-Bissau
Annuaire Guyana
Annuaire Haïti
Annuaire Honduras
Annuaire Hong Kong
Annuaire Hongrie
Annuaire Inde
Annuaire Indonésie
Annuaire Iran (République Islamique)
Annuaire Iraq
Annuaire Irlande (Eire)
Annuaire Islande
Annuaire Israël
Annuaire Italie
Annuaire Jamaïque
Annuaire Japon
Annuaire Jordanie
Annuaire Kazakhstan
Annuaire Kenya
Annuaire Kirghizistan
Annuaire Kiribati
Annuaire Kuwait
Annuaire Lesotho
Annuaire Lettonie
Annuaire Liban
Annuaire Libéria
Annuaire Libye (Jamahiriya Libyenne)
Annuaire Liechtenstein (Principauté du) ( Suisse )
Annuaire Lituanie
Annuaire Luxembourg
Annuaire Macao
Annuaire Macédoine
Annuaire Madagascar
Annuaire Madère
Annuaire Malaisie
Annuaire Malawi
Annuaire Maldives
Annuaire Mali
Annuaire Malte
Annuaire Maroc
Annuaire Maurice (île)
Annuaire Mauritanie
Annuaire Mexique
Annuaire Moldova
Annuaire Mongolie
Annuaire Montserrat
Annuaire Mozambique
Annuaire Myanmar
Annuaire Namibie
Annuaire Nauru
Annuaire Népal
Annuaire Nicaragua
Annuaire Niger
Annuaire Nigéria
Annuaire Norvège
Annuaire Nouvelle-Zélande
Annuaire Oman
Annuaire Ouganda
Annuaire Ouzbékistan
Annuaire Pakistan
Annuaire Panama
Annuaire Papouasie et Nouvelle-Guinée
Annuaire Paraguay
Annuaire Pays-Bas
Annuaire Pérou
Annuaire Philippines
Annuaire Pitcairn
Annuaire Pologne
Annuaire Porto-Rico
Annuaire Portugal
Annuaire Qatar
Annuaire Roumanie
Annuaire Russie
Annuaire Rwanda
Annuaire Saint-Christophe-et-Nevis
Annuaire Saint-Marin
Annuaire Saint-Vincent-et-Grenadines
Annuaire Sainte-Hélène
Annuaire Sainte-Lucie
Annuaire Salomon
Annuaire Samoa
Annuaire Sao Tomé-et-Principe
Annuaire Sénégal
Annuaire Serbie-et-Monténégro
Annuaire Seychelles
Annuaire Sierra Leone
Annuaire Singapour
Annuaire Slovaquie
Annuaire Slovénie
Annuaire Somalie
Annuaire Soudan
Annuaire Sri Lanka
Annuaire Suède
Annuaire Suisse
Referencement gratuit
Annuaire Suriname
Annuaire Swaziland
Annuaire Tadjikistan
Annuaire Taïwan
Annuaire Tanzanie
Annuaire Tchad
Annuaire Tchèque (République)
Annuaire Thaïlande
Annuaire Timor Oriental
Annuaire Togo
Annuaire Tonga
Annuaire Trinité-et-Tobago
Annuaire Tristan da Cunha
Annuaire Tunisie
Annuaire Turkménistan
Annuaire Turquie
Annuaire Tuvalu
Annuaire Ukraine
Annuaire Uruguay
Annuaire Vanuatu
Annuaire Vatican
Annuaire Vénézuela
Annuaire Vierges (Iles)
Annuaire Viet Nam
Annuaire Yémen
Annuaire Zambie
Annuaire Zimbabwe
LOGIN
Forum
Newsletter
Seite eintragen
Annuaire-Congo--k1-R-e2-publique-d-e2-mocratique-k2
News
SEO
Protezione dati
Elenco links
REFERENCEMENT

VENTE06.COM

Recherchez Annonces Vente Immobilier. Obtenez des résultats spécifiques pour vos recherches! Trouvez Annonces Vente Immobilier. Obtenez un haut niveau d'information! Résultats incroyables. Toutes dernières infos. Recherchez ici. Résultats pertinents. Infos mises à jour. Services: Recherches, Nouvelles, Pages Web.
Nice Immobilier Vente,Nice Immobilier Vente Appartement,Immobilier Vente Immobilière Nice,Immobilier Vieux Nice Vente,Nice Immobilier Vente Maison,Vente Immobilier Nice Ouest,Nice Matin Immobilier Vente,Immobilier Vente Studio Nice,Vente Enchere Immobilier Nice,Vente Immobilier A Nice,Vente Immobilier Particulier Nice,Vente Aux Encheres ,Immobilier Nice
Nice Immobilier Vente Nice Immobilier Vente Appartement Immobilier Vente Immobilière Nice Immobilier Vieux Nice Vente Nice Immobilier Vente Maison Vente Immobilier Nice Ouest Nice Matin Immobilier Vente Immobilier Vente Studio Nice Vente Enchere Immobilier Nice Vente Immobilier A Nice Vente Immobilier Particulier Nice Vente Aux Encheres Immobilier Nice https://www.vente06.com/store-cat-21 Recherchez Annonces Vente Immobilier. Obtenez des résultats spécifiques pour vos recherches! Trouvez Annonces Vente Immobilier. Obtenez un haut niveau d'information! Résultats incroyables. Toutes dernières infos. Recherchez ici. Résultats pertinents. Infos mises à jour. Services: Recherches, Nouvelles, Pages Web.
Renseignements généraux

  • Capitale : Porto Novo
  • Superficie : 112622 Km2
  • Langue : Français et dialectes (fon, dendi, yarubal).
  • Monnaie : Franc CFA (XOF)
  • PNB en milliards de dollars :
  • Secteur d'activité : Agriculture, agroalimentaire et textile.
HISTOIRE

Les trois royaumes d’Allada, de Porto Novo et de Dã Homè - dans le ventre du roi Dã - furent fondés par les Fons, qui occupent le sud du pays (le nom de Dahomey fut donné à l’ensemble du pays après la conquête française). Selon la légende, la fille du roi de la ville de Tado (sur le fleuve Mono) fut fécondé par un léopard, alors qu'elle allait puiser de l'eau. Le fils qu'elle mit au monde est le fondateur de toute la dynastie. Ses descendants fondèrent un royaume à Allada au XVIe siècle. Le siècle suivant, trois frères se disputèrent le trône ; le premier, Kopkon garda le royaume d'Allada, le deuxième, Do-Aklin fonda Abomey et le troisième, Adjatché qui devint plus tard Porto-Novo. Le royaume d'Abomey fut fondé en 1625, mais c'est entre 1645 et 1685 qu'il devint un état puissant. Le roi Houegbadja, petit fils de Do-Aklin, voulut annexer un état voisin dont le roi, Dã, le défia de s'installer sur son ventre. Dã fut défait, décapité à Abomey et son corps fut jeté dans les fondations du palais qui était alors en construction. Le Dã Homè était né.
Au XVIIIe siècle, Allada et Ouidah où existaient des forts Européens furent annexés. C'est le roi Guézo qui consolida le royaume en attaquant régulièrement les Yorubas au Nigeria, ce qui lui procurait des esclaves. Son successeur, le roi Glélé, irrita cependant les français par son attitude belliqueuse et par la part active qu'il prenait dans la traite des noirs. Par le traité de 1863, il autorisa les français à s'installer à Cotonou. Mais la présence de ceux-ci entravait la traite des noirs et le roi Béhanzin leur fit la guerre. Le Traité de Ouidah qui plaçait Porto-Novo et Cotonou sous tutelle française fut signé en octobre 1890. Ce même traité prévoyait le versement par la France d'une pension au roi du Dahomey. Le roi Béhanzin ne s'en contenta pas et repris ses raids. Il fut cependant défait en 1892 par le colonel Alfred-Amédée Dodds et dut prendre la fuite. Abomey devint alors un protectorat français et Béhanzin fut déporté en 1894. Allada et Porto-Novo, eux aussi placés sous protectorat, formèrent avec Abomey la colonie du Dahomey.

La colonie du Dahomey :
Au début du XXe siècle, les trois royaumes cessent d'être autonomes et sont confondus dans un ensemble divisé en cercles gérés par des administrateurs et cantons gérés par des chefs africains. Pendant la Première Guerre mondiale, des troubles éclatent dans le nord du pays après l'envoi de troupes autochtones sur le front européen. À la fin de la guerre, la colonie se structure : les moyens de communication se développent, la production agricole se rationalise et la scolarisation augmente. Sous l'influence de missions catholiques et protestantes d'une part, de l'enseignement laïc d'autre part, un enseignement primaire et secondaire se met en place. Intégrés dans l'Afrique occidentale française (AOF), les Dahoméens entrent dans la fonction publique et servent dans d'autres territoires de la fédération ; le pays est alors souvent qualifié de Quartier latin de l'Afrique.

La Conférence de Brazzaville :
Le 8 février 1944 se termine à Brazzaville une conférence réunissant les dix-huit gouverneurs et gouverneurs généraux de l’Afrique occidentale française, de l’Afrique équatoriale française, de la Côte française des Somalis, de Madagascar et de la Réunion. Sous la présidence de René Pleven, commissaire aux Colonies du Comité français de la Libération nationale, cette réunion a pour mission d’émettre des recommandations sur la future législation coloniale. La présence du général de Gaulle et la tenue d’une telle réunion alors que la guerre est loin d’être terminée montre le réel intérêt porté à l’avenir de ces territoires qui apparaissent alors comme l’incarnation de la permanence de la République hors du territoire métropolitain. Il ressort de Brazzaville l’idée d’une participation accrue de la population africaine à la vie politique et le désir d’abandonner les régimes d’exceptions auxquels elle est alors soumise comme le code de l’indigénat.

Les réformes et les élections de 1945-1947 :
Par trois décrets publiés en août et en septembre 1945, le gouvernement provisoire fixe à soixante-trois le nombre de députés pour l’outre-mer sur un total de cinq cent vingt-deux. Le double collège est généralisé, le premier regroupant les citoyens français et le second les sujets de l’Empire colonial français. Le scrutin est uninominal à deux tours, le Dahomey et le Togo forment une seule circonscription qui obtient deux sièges.
Dès le premier tour des élections le 21 octobre 1945, Sourou Migan Apithy, le candidat des Comités électoraux, remporte le siège du second collège en arrivant largement en tête devant sept candidats. Le siège au premier collège sera aussi remporté par un candidat des Comités électoraux, le révérend-père Francis Aupiais, élu lors du second tour le 4 novembre. Mais cette victoire des Comités électoraux, présentant un front uni face aux échéances électorales à venir, n’a été possible qu’en évitant d’afficher une orientation politique claire. Ainsi, Apithy s’inscrit dans le groupe de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) au Palais Bourbon, alors qu’Aupiais s’inscrit au Mouvement républicain populaire (MRP). Le décès de ce dernier, dans la nuit du 14 au 15 décembre, entraîne une élection partielle le 10 février 1946. Seul candidat, le révérend-père Jacques Bertho est élu au premier collège et s’inscrit à son tour au MRP. La Constituante abolit le travail obligatoire le 11 avril (Loi Houphouët-Boigny), étend le code pénal métropolitain aux colonies le 30 avril et accorde le 7 mai la citoyenneté française « à tous les ressortissants des territoires d’outre-mer sans qu’il soit porté atteinte au statut personnel » (Loi Lamine Guèye). Mais le référendum du 5 mai, dont le vote a été limité au premier collège, est rejeté.
Une nouvelle élection législative est organisée le 2 juin. Sourou Migan Apithy et Jacques Bertho sont, dès le premier tour, élus député. Le 13 octobre 1946, la Constitution de la Quatrième République est adoptée par référendum, encore limité au premier collège.
Localement, les structures politiques s’organisent et les premières oppositions commencent à voir le jour. Au niveau fédéral, l’année 1946 est marquée par le congrès fondateur du Rassemblement démocratique africain (RDA) à Bamako (Soudan français, actuel Mali). Sourou Migan Apithy, Emile Derlin Zinsou et Louis-Ignacio Pinto forment la délégation du Dahomey. Apithy est élu vice-président du nouveau parti et signe le manifeste, alors que Pinto est élu président de la Commission de politique général. Mais, Zinsou refuse le poste de secrétaire général mettant en cause l’affiliation du RDA au Parti Communiste français (PCF), seul parti métropolitain invité à Bamako. Si la position de Zinsou est soutenue par la majorité des membres du Comité directeur des Comités électoraux, l’importance prise par Apithy, qui est élu à la première législature de la Quatrième République le 10 novembre, limite les moyens de pressions à son encontre. D’autant que les Comités électoraux ont perdu le monopole de l’espace politique dahoméen avec le départ de certains de ses membres et la création le 7 décembre du Bloc Populaire Africain (BPA) mené par Emile Poisson et Justin Ahomadegbe.
Juste avant les élections au Conseil général, les Comités électoraux se transforment en un parti politique qui prend le nom d’Union progressiste dahoméenne (UPD). Très bien implantée, l’UPD obtient la majorité des sièges au Conseil général du Dahomey le 15 novembre 1946. Une série d’élections, tout au long de l’année 1947, permet la désignation par le Conseil général des représentants du Dahomey au Conseil de la République, au Grand conseil de l’AOF et à l’Assemblée de l’Union française. En janvier, Emile Poisson (BPA) pour le premier collège et Louis-Ignacio Pinto (UPD) pour le second collège sont élus conseillers de la République. Puis en septembre, c’est l’élection de Sourou Migan Apithy (UPD), de Justin Ahomadegbe (BPA), de Pierre Bartoli (UPD), d’Hubert Maga (UPD) et de Gaston Nègre (UPD) au Grand conseil de l’AOF. Enfin, en novembre, deux membres de l’UPD, Emile Derlin Zinsou et Paul Hazoumé, sont élus à l’Assemblée de l’Union française.

1948-1952 :
La vie politique dahoméenne est rythmée par les sessions du Conseil général et par les échéances électorales. Mais l’éloignement des élus les plus influents dans les assemblées fédérales et nationales, que ce soit à Dakar ou à Paris, entraîne sa léthargie le reste du temps.
Première épisode électoral durant cette période, l’élection en novembre 1948 par le Conseil général de deux nouveaux conseillers de la République, Albert Marescaux du Rassemblement du peuple français (RPF) pour le premier collège et Louis-Ignacio Pinto (UPD) pour le second collège. Mais Albert Marescaux, fonctionnaire en poste au Dahomey, est invalidé le 25 janvier 1949. Une élection partielle permet l’élection d’Emile Poisson (BPA) le 27 février.
En mai 1951, la circonscription du Dahomey obtient un second siège à l’Assemblée nationale. Mais l’instauration d’un scrutin par liste provoque une double rupture au sein de l’UPD. Sa direction tente de mettre à l’écart Apithy jugé incontrôlable en le plaçant second sur la liste. Mais il refuse, quitte l’UPD et lance une liste indépendante dite "d’Union Française" dont il est à la tête. Puis, c’est au tour de la majorité des membres de l’UPD originaire du Nord de faire sécession, leur demande d’une place pour l’un des leurs ayant été refusée par le Comité directeur. Le 17 juin 1951, Hubert Maga (liste du Groupement ethnique du Nord Dahomey, GEND) et Sourou Migan Apithy (liste d’Union Française) sont élus députés à la deuxième législature de la Quatrième République. Le premier s’inscrit aux Indépendants d’Outre-mer (IOM) alors que le second s’inscrit aux Indépendants Paysans d’action sociale (IPAS), marquant ainsi sa rupture avec les IOM dont il était l’un des fondateurs.
En septembre, Apithy fonde son propre parti, le Parti républicain du Dahomey (PRD), en vu des élections à l’Assemblée territoriale amenée à remplacer le Conseil général. La très large victoire du PRD et l’implantation réussie du GEND lors de ces élections le 30 mars 1952 met en péril l’existence de l’UPD. D’autant qu’un mois plus tard lors des élections pour les représentants du Dahomey au Grand conseil de l’AOF, aucun candidat de l’UPD ne parvient à se faire élire. Cette élection voit la victoire de Justin Ahomadegbe (BPA), Sourou Migan Apithy (PRD), Jacques Bertho (non-inscrit), Robert-Henri Chaux (non-inscrit) et Hubert Maga (GEND).

1953-1957 :
Moribond, l’UPD reçoit le coup de grâce le 10 octobre 1953 lors de la désignation des représentants du territoire pour l’Assemblée de l’Union française. Une alliance UPD/BPA a été conclu afin de barrer la route au PRD qui pour l’occasion s’était allié avec le Mouvement Démocratique du Dahomey (MDD), un nouveau parti créé par Hubert Maga pour succéder au GEND qui était menacé d’éclatement. La défaite de la paire Zinsou/Ahomadegbe (UPD/BPA) face au tandem Hazoumé/Deroux (PRD/MDD) met un point final à l’UPD et entame gravement le futur du BPA. Emile Derlin Zinsou parvient cependant à se faire élire conseiller de la République en juin 1955 en se présentant sans étiquette au premier collège et, en bénéficiant des voix des indépendants et du RPF. Le candidat du PRD, Maximilien Quenum, est élu au second collège.
La fin de l’UPD, l’historique parti national, et les difficultés du BPA, dont la base électorale se situe dans le sud-ouest du Dahomey, semblent laissé apparaître la double domination du PRD pour le sud et du MDD pour le nord. La victoire des leaders de ces deux partis, Sourou Migan Apithy pour le PRD et Hubert Maga pour le MDD, aux élections législatives du 2 janvier 1956 tend à le démontrer. D’autant que l’Union démocratique dahoméenne (UDD), le nouveau parti destiné à succéder à l’UPD et au BPA, se déchire six mois après sa création sur la question de l’affiliation au RDA, donnant naissance à une tendance pro-RDA menée par Justin Ahomadegbe et, une tendance anti-RDA menée par Emile Derlin Zinsou et Alexandre Adandé.
Le 31 mars 1957, les élections à l’Assemblée territoriale donnent une large victoire au PRD qui obtient la majorité des sièges. L’UDD arrive en deuxième position, suivi du MDD. Mais ce dernier bénéficie du ralliement d’indépendants qui fait de ce parti l’incontestable deuxième force politique du Dahomey. Cela se confirme le 15 mai avec les élections des représentants du territoire au Grand conseil de l’AOF et l’échec des candidats UDD. Jean Agier, Michel Ahouanmenou et Valentin Aplogan Djibode sont élus pour le PRD, alors que Mama Arouna et Pedro Boni Salifou sont élus sur la liste Entente Nord-Dahomey, qui regroupe le MDD et la mouvance Jeunesse et progrès.
Le 17 août, le MDD devient le Rassemblement démocratique dahoméen (RDD). Le but de ce changement étant de créer une force politique unique pour tout le nord du pays et, de faire taire les divergences qui se sont exprimées lors des élections à l’Assemblée territoriale et au Grand conseil. La peur d’un sud plus peuplé et plus riche est le ciment d’un espace nord pourtant composé de territoires aux histoires et aux cultures très diverses. La personne d’Hubert Maga apparaît comme rassembleuse d’autant que, cas unique dans l’histoire dahoméenne, il est nommé à un poste ministériel le 18 novembre et devient le véritable pendant de Sourou Migan Apithy qui a été élu le 27 mai vice-président du Conseil de gouvernement du Dahomey (le gouverneur est président de droit) en application de la Loi-Cadre dite Gaston Deferre.

1958-1960 :
Le 28 septembre 1958, le Dahomey vote oui au référendum instituant la Communauté française. La République du Dahomey est proclamé le 4 décembre et Sourou Migan Apithy devient président du Conseil de gouvernement. Il bénéficie d’une très large majorité avec le Parti progressiste dahoméen (PPD), fondé en mars 1958, et rassemblant le PRD, le RDD et d’anciens membres de l’UDD qui se sont opposés à l’affiliation au RDA. Mais le 17 janvier 1959, la création de la Fédération du Mali à laquelle participent des parlementaires du PPD, provoque son éclatement. Maga et Apithy s’opposent au projet de la Fédération et reconstituent leurs partis respectifs, le RDD et le PRD. C’est donc en ordre dispersé que se déroulent les élections à la première Assemblée nationale dahoméenne, les 2 et 23 avril 1959. L’entre-deux tours est marqué par la démission de leurs postes ministériels d’Alexandre Adandé, de Louis-Ignacio Pinto et d’Emile Derlin Zinsou qui entendent montrer leur attachement à la Fédération. Mais aucun parti n’obtient la majorité à l’issu des élections qui donnent vingt-huit sièges au PRD, vingt-deux au RDD et vingt à l’UDD-RDA. Un gouvernement d’union nationale est donc formé avec Sourou Migan Apithy à sa tête. Le RDD apparaît cependant comme le véritable arbitre de la scène politique dahoméenne entre Sourou Migan Apithy et Justin Ahomadegbe dont l’alliance est impossible du fait d’anciennes rancœurs personnelles.
Le 21 mai 1959, Apithy démissionne. Avec le soutien des élus de l’UDD-RDA, Hubert Maga le remplace. Pressé par l’aile gauche de son parti, il propose même la fusion à l’UDD. Ahomadegbe refuse et les ministres de l’UDD décident finalement de quitter le gouvernement en décembre 1959. Sans majorité, Maga parvient tant bien que mal à se maintenir. L’élection à la présidence de la République du Dahomey entraîne la formation le 9 mars 1960 du Parti des nationalistes du Dahomey (PND) qui regroupe le PPD de Zinsou et le PRD d’Apithy. Mais soucieux de barrer la route au PPD, l’UDD-RDA soutient la candidature d’Hubert Maga qui est élu premier président du Dahomey le 26 juillet 1960 et qui proclame l’indépendance du Dahomey le 1er août de cette même année en présence de Louis Jacquinot, qui représente la France.

L'indépendance :
Comme beaucoup de pays africains, le Dahomey accède à l’indépendance en 1960, le 1er août, et une nouvelle constitution est adoptée. Pour éviter les effets néfastes du tripartisme dahoméen, un parti unique (Parti dahoméen de l’Unité) est formé, mais des troubles sociaux et politiques entraînent le coup d’État militaire du colonel Soglo (28 octobre 1963). En janvier 1964, le pays revient à la gestion civile. Sourou Migan Apithy puis Justin Ahomadegbe assurent les fonctions de président, mais une nouvelle crise politique conduit les militaires à reprendre le pouvoir. Le général Soglo préside alors un Comité de rénovation nationale qui entreprend d’assainir l’économie et les finances du pays, mais des grèves éclatent en 1967. le gouvernement est renversé le 17 décembre par le commandant Maurice Kouandete qui met en place un comité révolutionnaire chargé de superviser l’action du gouvernement provisoire, de constituer une commission constitutionnelle et de contrôler les biens des anciens gouvernants. la nouvelle Constitution, approuvée le 31 mars 1968, établit un régime de type présidentiel. Emile Derlin Zinsou devient président, mais est renversé par un nouveau coup d’État qui le remplace par une direction militaire le 10 décembre 1968. Un Conseil présidentiel composé des trois partis traditionnels est instauré le 7 mai 1970 ; il met en place une organisation qui doit permettre la cohabitation des trois chefs des partis traditionnels.
Mais le 26 octobre 1972, le commandant Mathieu Kérékou prend le pouvoir et établit un gouvernement militaire révolutionnaire. Le pays devient la République populaire du Bénin, adhère au marxisme-léninisme et le Parti de la révolution populaire du Bénin (PRPB) est créé. À l’instigation de Mathieu Kérékou devenu colonel, une nouvelle constitution est adoptée le 9 septembre 1977 et restera en vigueur jusqu’en 1990. L’État dirige tous les secteurs de l’économie, conduit la réforme agraire et développe l’industrialisation. L'ancien président Emile Zinsou caractérisera le Bénin après ces dix-sept années de "pays sans industrie mais gouverné au nom de la classe ouvrière", de "Roumanie sans exportations, de Bohême sans usines, de Pologne sans charbon, de Prusse sans discipline". 1
En février 1990, une Conférence nationale abroge la Constitution et met en place de nouvelles institutions pour une période transitoire : création d'un poste de Premier ministre, abandon de la référence « populaire » dans la dénomination du pays qui devient la République du Bénin, limitation de l'âge des candidats-présidents à 70 ans afin d'empêcher la candidature des anciens présidents Zinsou, Maga et Ahomadegbe2. Suite à l'élection présidentielle de mars 1991, Nicéphore Soglo a remplacé Mathieu Kérékou à la présidence de la République. Ce dernier est élu à son tour en mars 1996 puis réélu en mars 2001 et dirige actuellement le pays.

 

POLITIQUE

Selon la charte des partis politiques entrée en vigueur le 21 février 2003, tout parti politique doit respecter un certain nombre de critères parmi lesquels:

- présenter des candidats aux élections locales et nationales (« un parti politique perd son statut juridique s’il ne présente pas, seul ou en alliance, de candidats à deux élections législatives consécutives »).
- avoir un nombre de membres fondateurs d’au moins trois par région administrative, soit 120 au total.
- promouvoir et défendre des projets de société et des programmes politiques dans le cadre de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990.
- Dans leur vocation de conquérir le pouvoir d'État ou de participer à la représentation du peuple au niveau local et national, les partis politiques doivent concourir à la formation de la volonté politique et à l'expression du suffrage universel par des moyens démocratiques et pacifiques.
- Les partis politiques régulièrement inscrits et ayant au moins un député bénéficient d’une aide financière de l’État.

Des discussions sont en cours pour adopter une nouvelle loi électorale


GEOGRAPHIE

De forme étirée entre le fleuve Niger au nord et la plaine côtière dans le sud, le relief de l'ensemble du pays est peu accidenté. Le nord du pays est principalement constitué de savane et de montagnes semi-arides. Le point culminant est le mont Sagboroa à 658 mètres. Le sud du pays est constitué d'une plaine côtière basse parsemée de marécages, lacs et lagunes comme par exemple le lac Nohoué ou la lagune de Porto Novo.

La majeure partie de la population vit dans les plaines côtières méridionales, où les plus grandes villes du Bénin sont concentrées, notamment Porto Novo et Cotonou.

Le pays étant situé dans une zone intertropicale, son climat est chaud et humide, avec relativement peu de pluie, bien qu'il y ait deux saisons des pluies (d'avril à juillet et de septembre à novembre).

La Cour internationale de justice de La Haye a défini le 12 juillet 2005 la frontière définitive entre le Bénin et le Niger au sujet des îles dans le lit des fleuves Niger et Mékrou : neuf îles ont été attribuées au Bénin et seize, dont celle de Lété, au Niger.

ECONOMIE

Le Bénin de par sa position géographique dispose d'un port qui est le poumon de son économie. Il la fonde également sur l'agriculture et la fiscalité.
Le Bénin est membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.

DIVERS

Langue officielle : Français
Langues parlées : Fon-gbe, Yoruba, Bariba, Gun-gbe, Aja-gbe, Ayizo-gbe
Capitale : Porto Novo
Plus grande ville : Cotonou
Population : 6 590 782 habitants (en 2001). 0-14 ans : 47,32 %; 15-64 ans: 50,38 %; + 65 ans: 2,3 %
Frontières terrestres : 1989 km (Nigeria 773 km; Togo 644 km; Burkina Faso 306 km; Niger 266 km)
Littoral : 121 km
Extrémités d'altitude : 0 m > + 658 m
Espérance de vie des hommes : 49 ans (en 2001)
Espérance de vie des femmes : 51 ans (en 2001)
Taux de croissance de la population : 2,97 % (en 2001)
Taux de natalité : 44,23 ? (en 2001)
Taux de mortalité : 14,51 ? (en 2001)
Taux de mortalité infantile : 89,68 ? (en 2001)
Taux de fécondité : 6,2 enfants/femme (en 2001)
Taux de migration : 0 ? (en 2001)
Indépendance : 1er août 1960 (ancienne colonie française)
Lignes de téléphone : 36 000 (en 1997)
Téléphones portables : 4300 (en 1997)
Postes de radio : 620 000 (en 1997)
Postes de télévision : 60 000 (en 1997)
Utilisateurs d'Internet : 10 000 (en 2000)
Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 1 (en 2000)
Routes : 6 787 km (dont 1 357 km goudronnés) (en 1997)
Voies ferrées : 578 km (en 2000)
Voies navigables : n.c.
Nombre d'aéroports : 5 (dont 1 avec des pistes goudronnées)


Oggi ci sono stati già 27 visiteurs (109 hits) qui!


Questo sito web è stato creato gratuitamente con SitoWebFaidate.it. Vuoi anche tu un tuo sito web?
Accedi gratuitamente